Recevoir la newsletter
BHL - Houellebecq
Ennemis publics, ou l'extension du domaine de l'ego par Thierry Savatier
Les mauvaises fréquentations • Jeudi 23 Octobre 2008
Commentant Ennemis publics de Michel Houellebecq et Bernard-Henri Lévy (Flammarion / Grasset), Thierry Savatier épingle ceci :

(...) " Critiques des journalistes, révélations pénibles des biographes sont donc évoquées, sans omettre les attentats pâtissiers gloupinesques de Noël Godin : « Jusqu’à l’agression physique, jusqu’à l’offense faite au visage (ces fameux ʺentartagesʺ qui sont entrés dans les mœurs et, en tout cas, dans le langage et dont nul n’a l’air de mesurer la vraie violence, non seulement physique, mais symbolique…) à quoi il m’est arrivé d’avoir aussi, plus souvent qu’à mon tour, à faire face. » Cette « violence symbolique », commentée il y a déjà longtemps par un Pierre Desproges malicieux, rappelle surtout les manifestations Dada que décrit Philippe Soupault dans le premier tome de ses passionnants Mémoires de l’oubli et qui ne blessent que les amours propres susceptibles ou les ego démesurés.

Devant ces plaintes répétées, le lecteur finit par se demander s’il n’est pas le jouet d’une joyeuse comédie. Car la presse est bonne fille. L’Express, plutôt malmené par les duettistes, parle d’Ennemis publics comme d’un « ouvrage passionnant et agréable », le Nouvel Obs, dont Jérôme Garcin, responsable des pages littéraires, y est éreinté, publie les bonnes feuilles du livre. L’incohérence du lamento saute alors aux yeux et se termine en pantalonnade ". (...) Texte intégral de Thierry Savatier




Conception gloupinesque du site : Sylvain Savouret • Mise en pages et en dessins : Sylvie Van Hiel