Recevoir la newsletter
Philippe Val
Val calomnie les anars
lexpress.fr • Vendredi 24 Octobre 2008
Philippe Val, de plus en plus ignominieux dans l'ignominie : il taxe à présent l'enflammant mouvement anarcho-syndicaliste de la Belle Epoque d'antisémitisme ! Et il assimile défintivement l'antisionisme à l'antisémitisme en embouchant les trompettes du "patriotoquardisme".

(...) " Un peu d’histoire. A partir de 1880 environ, une gauche apparaît, qui peut prétendre à un gouvernement démocratique, mais affronte une gauche proudhoniste, anarcho-syndicaliste, qui exprime en même temps sa doctrine sociale et son antisémitisme : l’anticapitalisme est aussi la dénonciation du juif, lié à l’argent. (...) La question antisémite n'est pas « lavée » à gauche. De plus, on passe d'une génération de journalistes dont le référent historique est Auschwitz et le modèle Albert Londres - on regarde, on raconte - à une génération dont la « scène primitive » est le conflit israélo-palestinien et les modèles, Denis Robert et Serge Halimi...

Peut-on, sur fond de ce conflit, être antisioniste sans être antisémite ?
"C'est impossible. Israël est une démocratie et le sionisme est l'expression, partagée par la droite et la gauche, du patriotisme israélien. « Sioniste », c'est le mot pour dire patriote. Il n'y a qu'aux juifs qu'on refuse le droit au patriotisme. On peut légitimement se dire opposé à la politique du gouvernement israélien, mais se dire antisioniste, c'est se dire antijuifs." (...)

Texte intégral : "L'affaire Siné est un avertissement " interview de Christophe Barbier dans l'Express.



Conception gloupinesque du site : Sylvain Savouret • Mise en pages et en dessins : Sylvie Van Hiel