Recevoir la newsletter
Nos bons conseils

En avant la zizique !
"Pour en finir avec le travail" de Jacques Le Glou


Jacques Le Glou est le détourneur de goualantes le plus au poil. Numéro un perpétuel au top-twenty de la révolte sans écluses, son 33 tours Pour en finir avec le travail (Vinyl, 1974. CD, 1998, 2008) est la galette que les amis des lois ont le plus souhaité mettre hors d'état de luire. Mis sens dessus dessous par les voix de Michel Devy, Jacques Marchais et Vanessa Hachloum, alias Jacqueline Danno, on peut y écouter foutativement : L'bon Dieu dans la merde que Ravachol entonna à tue-tête en montant sur la butte et La Java des bons enfants écrite par Guy Debord, la bouleversante Makhnovstchina adaptée par Etienne Roda-Gil; la meilleure soixante-huiterie chantante, celle du groupe d'intervention du CMDO (Comité pour le maintien des occupations) fricassée par Alice Becker-Ho : "Le vieux monde et ses séquelles, Nous voulons les balayer. Il s'agit d'être cruels, Mort aux flics et aux curés."; Les Journées de mai, un coup de sombrero des amigos de Durruti aux barricades de Barcelone 1937; la magnifique La Vie s'écoule de Raoul Vaneigem ; et trois super-super détournements à l'anhydride sulfurique SO3 de Jacques Le Glou :
Il est cinq heures (1968), sur l'air du tube parolé par Jacques Lanzman, musiqué et miaulé par Jacques Dutronc : "Les blousons noirs sont à l'affût, Lance-pierres contre lacrymogènes, Les flics tombent morts au coin des rues, Nos petites filles deviennent des reines."
La Mitraillette (1969), sur l'air du saucisson La Bicyclette, parolé par Pierre Barouh, musiqué par Francis Lai, déflasqué par Yves Montand : "Curés, salauds, patrons, pêle-mêle, Vous n'aurez pas longtemps vie belle."
Et Les Bureaucrates se ramassent à la pelle (1973), sur l'air des Feuilles mortes de Prévert et Kosma : "Tu vois, il faut s'organiser Pour ne plus jamais travailler."

Puisse le compère Le Glou, en nous dépravant encore bien d'autres smash hits, continuer à oeuvrer pour "que le projet révolutionnaire devienne plus romantique et surtout plus criminel".



Conception gloupinesque du site : Sylvain Savouret • Mise en pages et en dessins : Sylvie Van Hiel