Recevoir la newsletter
Nos bons conseils

Livres
Eloge de l'artivisme
Samedi 20 Novembre 2010
Faisant pipi sur « les routines protestataires », renouant avec les courants les plus euphorisants des années 68 (les situs, les diggers, les provos, les yippies) ou d’avant (Dada, Fluxus…), L’Artivismedes pétroleuses-enchanteuses Stéphanie Lemoine et Samira Ouardi (éd. Alternatives) passe gredinement en revue les nouveaux modes de subversion carabinée ultra-inventifs, ludiques, gondolants, festifs s’expérimentant dans le monde entier. Et elles n’oublient rien ni personne, les luronnes ! Ni les stratégo-cartographes de l’Institute for Applied Autonomy débusquant dans leurs cartes constellées de caméras CCTV le vrai territoire de l’ennemi. Ni les « désorganisateurs » de « carnavals contre le capital » de Reclaim the Streets. Ni les hackers et les cyberpunks libertaires prônant la désobéissance civile électronique. Ni les turlupins du « laboratoire d’imagination insurrectionnelle ». Ni les Yes Men , rois des rois de l’imposture piednickeléesque dévoilant les coulisses du néolibéralisme. Ni les an-architectes refrigoussant l’espace public (les Space- Hijackers !). Ni les constructeurs de doubles vélos perturbateurs du Bike Block. Ni les culture-jammers (détourneurs de technostructures) du Billboard Liberation Front. Ni les terroristes anarcho-pâtissiers (chic, je suis dans le livre !). Ni les performeurs brouilleurs de frontières. Ni les zapatistes masqués. Ni les pionniers du laser tag. Ni les clowns activistes. Ni les guerrilla girls à masques de gorilles. Décrivant ces jubilatoires oasis de résistance pimentée, souvent mobiles et transitoires, et nous acoquinant avec bien d’autres agitateurs excentriques encore (de Jan Bucquoy , Hakim Bey, Xavier Renou, Valérie Solanas à l’hilarant révérend Billy mettant en pagaille « les cathédrales de la consommation », au donquichottesque boucheur belge de serrures antipathiques Robert Dehoux , au saugrenu « banquier du miel » Olivier Darné « ne prêtant qu’aux ruches » ou qu’au facétieux fondateur du « Parti faire un tour »), Artivisme démontre génialement que la véritable créativité artistique de nos jours se niche dans l’art de savoir vivre séditieusement, dans l’art de savoir foutre artistiquement le bordel.
(Extrait de La Mèche n°11)



Conception gloupinesque du site : Sylvain Savouret • Mise en pages et en dessins : Sylvie Van Hiel