Recevoir la newsletter
Dans l'Internationale ptissire (I.P.), il n'y a pas que des galapiats belges la Georges Le Gloupier, l'entarteur de Gates, Sarkozy, BHL (cliquez ici). Il y a aussi les Entartistes qubcois, les BBB amricains (Biotic Baking Brigades),les TAART hollandais (Tegen Autoritaire en Anti-Revolutionnaire Types")... Et les francs-tireurs de la crme fouette sans contact direct avec notre organisation terroriste burlesque ne manquent pas non plus. Nous avons tabli un premier relev de leurs entartements justiciers travers le monde.

Europe
Allemagne

Quand le vice-Chancellier et Ministre des Affaires étrangères d’Allemagne Joschka Fischer entame un laïus le 15 mai 1995 à Blelefeld, au 1er Congrès national du Parti Vert, pour conjurer ses amis pacifistes de soutenir l’envoi de troupes allemandes au Kosovo (il remettra ça en 2001 en ralliant les Verts aux stratégies d’intervention en Afghanistan), un sac rempli d’acide de beurre colorié de rouge se déchire au-dessus de lui en dégageant une indicible puanteur pendant que des anti-militaristes bariolés de fausses blessures, empanachés de sang d’abattoir, garnis de casques de guerre et de masques à gaz scandent : "Fischer-mürder ! Fischer-Hitler !".

Alors que l’ex-Chancelier Helmut Kohl dédicace dans un grand bazar berlinois un livre de mises au point sur ses enlisements dans des scandales financiers, un morceau de tarte gloupinesque lui demande un autographe.


Autriche

Pendant que Higmar Kabas, le feld-maréchal de la branche viennoise du SPO de Haider, est interviewé par une radio en mai 2000 dans une rue de la capitale, un little rascal des BBB vadrouillant dans le pays lui allonge une tarte Sissi en chantant une tyrolienne.
Un souvenir personnel pour la petite histoire.

Après avoir fait applaudir ce forban cinq mois plus tard, aux côtés de Pierre Bourdieu (qui me regardait d’un œil sec en plissant les paupières), par les milliers de congressistes cul-pincés (je généralise, il devait y avoir dans le bobinard quelques culs dessalés) de la "demokratischen offensive" ,"opposition bilden" ! m’ayant invité tous frais payés pour m'entendre décréter à leur tribune, au nom de l’Internationale Anarcho-Pâtissière, l'ouverture de la chasse chantilly au Haider, j’ai jacté comme suit, gloupiteusement enlacé à Hubsi Kramar, une espèce d’ébesillant composé chimique funky additionnant Karl Valentin, Julian Beck, Max et Moritz et Adriano Celentano, qui avait défrayé la chronique mondiale en venant, dans une voiture officielle, retrouver Haider et son état-major à l'opéra de Vienne travesti en sosie d'Adolf Hitler :
"Et si le maître-queux qui s’approchera sournoisement d’Haider, plutôt que de lui balancer une tarte à la crème, lui enfonçait un couteau de pâtissier dans le ventre ?".


Belgique

Ce qui me fait rire dans ma barbe de drame-vaudeville, c'est le sentiment que la déferlante anarcho-pâtissière ne peut plus tomber en pâte. Qu'il est trop tard. Que même si les têtes "inoculatrices de stupeurs profondes" (Lautréamont) de 4 Pat, de Georges Le Gloupier, de Kees des Flandres, d'Ivan le terrible, de l'agent Apple de Cherry 3, du quatuor infernal Zoé-Fanchon-Isabelle-Rahula ou de Tartagnan et Canard devraient éternuer dans la sciure des répressions, le séisme blanc continuerait à s'aggraver. C'est qu'en filigrane de la romancero gloup-gloup s'internationalisant à fond les fourneaux avec une saccageuse cohérence, il y a toujours eu (et il y aura toujours) des chenapans "de bonne verve et de belle audace" sans connexions avec nous, tout du moins au départ, pour rôder avec de menaçants paquets sur les gazons des "bandits gardés par les lois, protégés par la fortune, sacrés par le succès" (Gaston Leroux) qu'Emile Pouget appelait plus frugalement les "pleins-de-truffes". Voici un petit relevé de leurs tours de polissons.

La fronde des anti-patriotes
Le cortège patriotique du 11 novembre

(11/11/1987)
Le Journal, Le Peuple et Indépendance :
"Des tartes au goût amer
Ce mercredi 11 novembre à Ecaussines, un cortège que l'on voulait émouvant s'est transformé en spectacle de cirque.
C'est lors de son arrivée au monument aux Morts de la Grand-Place, qui était noire de monde, que trois ou quatre énergumènes déguisés ont bombardé de tartes à la crème les cordons des anciens combattants et des représentants de la commune. Le commissaire de police adjoint, M. Brismée, a été la victime principale de cette mauvaise blague".

Réaction du bourgmestre socialiste d'Ecaussines Daniel Belloy :

"Ne nous trompons pas : la « tarte à la crème" était essentiellement dédiée à l'ensemble du cortège; les objectifs à atteindre étaient doubles : a) tourner en dérision une cérémonie officielle; b) en ridiculiser les participants. Pareils jeux ne sont pas innocents, mais pervers; ils ne sont, nationalement, que l'expression d'une volonté de dénigrement systématique des valeurs patriotiques et, localement, que l'aboutissement écœurant d'un processus entamé il y a une dizaine d'années et qui s'est concrétisé, entre autres, par des vols répétés de drapeaux belges et par des souillures infligées aux monuments aux morts.
Quelle dépravation mentale peut-elle pousser une poignée d'excités, manœuvrés, mine de rien, par l'une ou l'autre tête pensante camouflée dans l'ombre, à chercher à humilier, à outrager des gens respectables (…)?"

La fronde des chômedus
Miet Smet

(08/03/1999)
Dans le cadre de la Journée Internationale des Femmes, la Ministre de l'Emploi Miet Smet remet à une grognasse le prix Marie-Claire de la femme d'entreprise de l'année dans la salle des fêtes du palace bruxellois Astoria quand elle se fait canarder à la chantilly en même temps que tout ce qui l’environne (officiels, lauréates…) par une cinquantaine de ménades du CAC (Collectif Autonome des Chômeurs) et du mouvement "Chômeur, pas chien" ayant une brosse à dents dans le chignon.

Tract des miss Ravage
"Miet Smet, quelle femme tu fais ! Tandis que tu distribues des trophées aux gagnantes de ce monde, à celles qui comme toi ont choisi la rentabilité, la compétition, la réussite sociale à tout prix et le fric comme seule valeur, (…) tu nous offres à nous le viol de nos vies privées, le contrôle de nos temps de vie, des formations bidon qui ressemblent à des lavages de cerveaux, la destruction de la sécurité sociale…"


Michel Daerden


(12/03/2003)
Place Saint-Lambert, vers 13 h, à l’issue de la plus gironde manif dans le bassin liégeois depuis les grandes grèves sauvages de 1960 fécondée par la fermeture de la ligne à chaud de Cockerill-Sambre par la multinationale Arcecor, une jeune chômeuse et une jeune métallo se donnant la main coulent de la chantilly sidérurgiste sur le Ministre wallon du budget Michel Daerden.

La fronde des humanitaires "baisés"
La baronne Botte

(18/04/1997)
Donnant une conférence de presse pour clamer qu'elle n'avait pas puisé tant d’avoine que ça à des fins privées dans les caisses de son association humanitaire, l'OMFB, vouée au sauvetage des petits prostitués thaïlandais et cambodgiens, la Messaline de la bienfaisance tintinnabulante récolte un don supplémentaire sous pression sucrée stérilisée VHT passablement riche en protéines (2,5 g), en glucides (8,3 g) et en lipides (2,3 g).

La fronde des sans-papiers
Stéphane Schewebach

(14/05/1998)
Dans le vif d’un colloque "Sûrya" au Palais des Congrès de Liège sur la traite des planches à laver humaines, deux grigous s’étant fait passer pour des missionnaires de la Ligue des Droits de l’Homme appliquent une emplâtre pâtissière sur le crâne du Directeur de l’Office des étrangers Stéphane Schewebach en rappelant que la fonction principale dudit Office, "c’est devenu l’enfermement et la déportation de milliers d’hommes, de femmes et d’enfants. 15.000 expulsions par an !"

La fronde des squatters et expropriés
Louis Tobback

(30/06/2001)
La Lanterne du 02/07/2001 :
" Louis Tobback en prend plein la figure
Samedi, le bourgmestre de Louvain et ancien président du SP, Louis Tobback, a été entarté lors de l’inauguration de la nouvelle place de la Gare de Louvain. Cinq jeunes hommes se sont rué sur le bourgmestre et l’un d’eux lui a lancé en plein visage une tarte à la crème garnie de pépites de chocolat. Outre l’attaque pâtissière, le secrétaire de la ville Paul Hennes a été mouillé à l’aide d’un pistolet à eau".
Les auteurs du raid, des squatters du groupe "anarchLieFje", revendiquent leur acte comme une critique en actes de l’urbanisme social-chrétien.


Roland Aelbers

(28/01/2004)
Expulsés de leur village"avec des mots fleuris" et des compensations financières dont ils se brossent, les habitants de Doel, dans les Flandres, accueillent l’ombudsman néerlandais Roland Aelbers, qui vient écouter leurs doléances avec un plan d’évacuation bien bouclé, avec une forêt mouvante shakespearienne (on devrait plutôt dire charlesdecosteresque, on est au pays de Tijl l’Espiègle) de plats de résistance à la chantilly.

La fronde des tapirs étudiants
Jean Gol

(28/10/1994)
Flash infos spécial de Georges Le Gloupier
"Le président du parti libéral belge entarté par mégarde
Dans le cadre de la fronde étudiante agitant pour le moment la Belgique contre le décret parlementaire qui prévoit la fusion de l'enseignement supérieur en 26 grandes écoles, une assemblée d’élèves de l’ULB (Université libre de Bruxelles) a voté pour l’entartement du Ministre de l’Education nationale Michel Lebrun. Bénéficiant à cette fin de la collaboration technique de Georges Le Gloupier, un commando pâtissier estudiantin s'est faufilé avec trois tartes à la crème dans le parking des locaux de RTL-TVI oú Lebrun était attendu pour un direct radio.

Mais, suite à un quiproquo, c’est le chef de file du PRL Jean Gol, attendu, lui, pour un débat télévisé sur « les hommes politiques et l’humour », qui a tout pris alors qu’il était pour la première fois de sa vie dans le bon camp."

Communiqué des students entarteurs
"Notre méprise nous réjouit beaucoup.
Qu'en pouvons-nous si toutes les baudruches
politiciennes se ressemblent tellement ?
Aujourd'hui les tartes volent bas,
La prochaine, Lebrun, est pour toi !
Dans la crème fraîche, noyons l'décret,
Jusqu'à son glorieux retrait !"


Laurette Onkelinx et Philippe Henry

(14/11/1994)
Flash infos spécial de l'entarteur Georges Le Gloupier
"Sous le chapiteau du Sart Tilman oú se tenait le Congrès européen étudiant, la Ministre-Présidente de la Communauté française Laurette Onkelinx et le Président de la Fédération des étudiants francophones Philippe Henry composant avec elle ont été conjointement fusillés pour haute trahison à la crème fouettée."

Communiqué des students entarteurs
"Zou zou zou et zou et taratatarte !
Sus aux mous négociateurs ripoux !
La hache de guerre pâtissière est déterrée.
Ca va tarter sur Lebrun et ses chafouins comparses".

Georges Le Gloupier au quotidien La Lanterne
"Non, ce n'est pas un nouveau exploit de notre organisation terroriste loufoque. Nous avons apporté aux jeunes sacripants notre expérience technique, notre service de renseignements, notre crédit auprès des agences de presse et quelques protecteurs munis de gourdes de vodka pour le moral des troupes. Mais c'est une action autonome d'étudiants en colère".


Louis Michel

(04/05/1999)
Titularisé à la crème fraîche par des lionceaux libertaires sur le site étudiant de Louvain-la-Neuve oú il bat campagne, les élections approchant, le Président du Parti Libéral francophone Louis Michel porte plainte matoisement contre un groupuscule de chevaliers teutoniques néo-nazis, les "Deutsche Reuters", qui auraient guindaillé peu avant son sacre chantilly dans une popine flamande du canton en menaçant le ciel et les cieux.


Daniel Ducarme

(10/02/2004)
Et pour le successeur de Jean Gol et de Louis Michel à la présidence du PLP, devenu le MR (Mouvement Réformateur), le bilieux barbu Daniel Ducarme, ce sera le même tabac blanc à mâcher quatre ans après lorsqu’il se rendra à la "Semaine politique" préélectorale du Cercle de la Faculté de Droit de l’ULB.


France

Du bousin chez les fouette-culs
Maître d’œuvre à la Faculté de Droit de Nancy d’un "Colloque international pluridisciplinaire" de trois jours sur "la culture de la provocation", Hubert Néry, l’ombrageux Président de l’Univ. Nancy II, se dit que le meilleur moyen d’éviter que le congrès s’amuse sans brides ni guides, et échappe à son contrôle, c’est de ne point y inviter de provocateurs. Mais chien peureux n’a jamais son saoûl de lard. C’est son saoûl de tartelade que le clabaud reçoit à la tribune de la Fac en ouvrant le consistoire. Présumés coupables, deux capitaines de corvette du Collectif Hermaphrodite, Philippe Krebs et William Guyot, seront convoqués quatre mois plus tard à l’Hôtel de police du boulevard Lobau de Nancy. Et, accusés par les avocats d’Hubert Néry "de violences volontaires aggravées, de dégradations de biens, d’atteintes à la vie privée", ils encourront un an d’emprisonnement et 45.732 EUR d’amende. Le 21 juin 2004, le Tribunal de Grande Instance de Nancy fera une proposition de composition pénale (30 heures de TIG – turbin non-rénuméré – et 300 EUR d’amende) aux hermaphrodites qui l’enverront chez tout nu. Epilogue : Les hermaphrodites sont condamnés début septembre 2005 à 80 EUR de dommages et intérêts, 600 de frais d’avocats, 250 de frais de justice et… 12,40 de frais de teinturier. (Leur site : www.hermaphrodite.fr).

Même cirque Bouglione à la Faculté de Droit de Talence où, rapporte à la presse M. Penouil, Président de l’Université de Bordeaux I, "des énergumènes se réclamant du S.C.A.L.P. (Sections Carrément Anti-Le Pen) ont aspergé plusieurs fois à la crème fraîche des professeurs" néo-maurassiens.

Et à l’IUT de Saint-Raphaël où les élèves de l’enseignant en informatique casse-burettes Félix Verennes ont programmé pour le 23 juin 1998 son crash chantilly en salle de TP Delpim. (Réaction internautique du prénommé Léo quand il apprend par ThoMaX que l’entarteur de Verennes a été assigné au Tribunal Correctionnel de Draguignan : "Le prochain coup, mets une enclume dans ta tarte, là au moins il pourra se plaindre").

Et au Collège de la Royale Abbaye de Saint-Maurice où, le 5 mars 1999, six momignards encagoulés ont châtié ex professo le maître neurasthénique qui avait balayé d’un coup de règle les cinq nains porte-bonheur décorant la classe. En exécutant pâtissièrement avec trois merlins enchantés le mauvais coucheur au milieu d’un de ses cours, les petits bourreaux de Béthune ont crié à pleine tête : "la vengeance des nains !"


Grande Bretagne

En n’omettant pas de rendre grâce à leur petite devancière de quinze palets, Katie Slater, qui, le 22 décembre1983, entarta en pouffant le Prince Charles dans un centre sportif de Manchester, aux spectres masqués qui gelèrent à blanc fin 1994, à Sligo, le Premier Ministre d’Irlande Bertie Ahern, et aussi, dans un genre un peu différent, aux dockers de Liverpool interdits de grève par le gouvernement britannique, qui, le 10 février 1998, partagèrent cette douche froide avec le Premier Ministre John Prescott en lui déversant un seau de glaçons sur les tifs, le détachement rouge roastbeef des BBB veille aux grincements de dents longues.

Le 18 octobre 2000, deux ans et demi après la déculottée pâtissière en plein Londres de Renato Ruggiero, le Président de la Chambre Mondiale du Commerce à la langue de vipère cornue, un jet-set-manager de la Banque Mondiale chargé de recruter des diplômés frais émoulus de l'Université de Sussex ramasse lui aussi une bûche blanche dans son taxi-retour.
Tandis que, cinq mois plus tard, le 15 mars 2001, la Secrétaire internationale au Développement de la Grande-Bretagne Clare Short chargée, elle, d’égrener les mérites de la globalisation à l’université de Wales, dans le Nord-Ouest, reçoit en échange une formation gratuite accélérée sur les mérites du plum-pudding de combat à la crème à la banane.

Puis, ça s’envenime avec les gloupinisations en rafales de Nick Brown, Ministre de l’Agriculture, de David Sainsbury, Ministre des Sciences et des Entreprises, Dan Widdecombe, Secrétaire d’Etat, de Sir Moody Stuart, Mister Shell Oil, et de Sir Richard Evans, Mister British Aerospace.


Pays Bas

Quelques trous d’air provos dans le fromage à pâte pressée et cuite de Hollande.

* C’est dans la salle des exposés de l'Université libre d'Amsterdam qu’en 1998, l’omnipotent fer de pioche du « Right-wing Party » VVD Frits Bolkestein, le lavedu de la circulaire ouiouiste, a fait connaissance avec la cuisine néerlando-antillaise. C’est, en effet, une tarte aux croquettes de morue, dites accras, trempées dans une sauce chantilly à la vanille et à la banane qu'ont enfournée à son attention, puis expédiée à bon port, les coqs de T.A.A.R.T ("Tegen Autoritaire en Anti-Revolutionnaire Types").

* Ca s’est foutrement bien répercuté : lors de la première journée de cotation de l'Euro à la Bourse d'Amsterdam, le 4 janvier 1999, le Ministre hollandais des Finances Gerrit Zalm a reçu l’obole toute blanche de deux "taartenterroristen" de la même trattoria.

* C’est le 7 octobre 2000, le jour de fête où elle est le mieux protégée de sa vie, car les boucliers d’airain dont elle se couvre en marchant ont la physionomie des directeurs de la police nationale, que la Conseillère communale Pauline Krikies, qui a fait expulser prophylactiquement les squatters du « kalenderpanden » de la capitale, est squattée dans une rue d’Amsterdam par des tartes vagabondes.

* Esclandre sur la troisième chaîne hollandaise. Pendant le "débatprogramma" qui opposait le 24 septembre 2000, à Amsterdam, le duce du "Vlaams Blok" belge Filip Dewinter à des palourdes sociales-démocrates, un jeune couple gloup-gloup a sauté des gradins du public sur le plateau pour joncher la hure et la pelure du "kofstuk" de pudding au chocolat brun.

Communiqué des saboteurs
"The color brown was not a coincidence".

* C'est le zénith ! En pleine conférence de l'ONU sur le réchauffement climatique, le 23 décembre 2000, à La Haye, le chef lunettu de la délégation américaine, le sous-Secrétaire d'Etat mâchefer Frank E. Loy, est réchauffé climatiquement, plouf-plouf !, par deux petites sauterelles écoterroristes angliches ayant lampé la veille comme par hasard quelques genièvres aux pommes avec les dévoyés de T.A.A.R.T.

* Le Soir du 10/03/2002 :
"Tartes à gogo pour le populiste Pim Fortuyn
Le controversé Pim Fortuyn a été accueilli jeudi matin au centre de presse Nieuwpoort à La Haye par une horde de tartes. Les entarteurs font partie de la Biologische Bakkers Brigade (Brigade des Boulangers biologiques). Selon la "Brigade" en question, Fortuyn pousse à une « campagne de dénigrement racial ".

Une semaine après la revolverisation de Pim Fortuyn, à Rotterdam, par un anti-vivisecteur radical, les trois « taartgooiers » ont été folkloriquement incarcérés durant trois jours, le temps qu’on établisse que le terrorisme pour de rire et le terrorisme pour de vrai, ce n’est pas tout à fait du kif.


Pologne

Et une tournée de "Black Russian" à la santé des Robin des Crêtes du "Comité du Libre Caucase", de la "Federacja Anarchistyczna" et du groupe "Food not Bombs" ralliés à l’Internationale Anarcho-Pâtissière qui ont importé dans les pays de l'Est la praxis américano-wallonne du sursaut pâtissier en traînant tour à tour dans la boue blanc-sucre :

* À Poznan, le Ministre de l’Environnement Tokarczuk (20/11/ 2001), grand protecteur des chevaliers d’industrie ratiboisant la nature ;

* A Szczemo, le Ministre des Affaires Etrangères Bronislaw Geremek, ne pigeant pas trop qu’on ne doit pas à gros pourceau social-libéral le cul oindre ;

* À Varsovie, le Gouverneur de la Banque nationale et du Parti Libéral ("Unia Wolnosci") Leszek Balcerowicz (21/11/2001), surnommé le "docteur Mengele de l'économie polonaise rénovée" ;
Et le Maire de la cité, Lech Kaczynski (02/06/2004), serrant les rétrofreins chaque fois qu’il doit autoriser la Gay Parade annuelle.

* À Wroclaw, le Premier Ministre Jerzy Bozek (19/01/2001), se félicitant lors de solennités à l’université de la ville du niveau de vie atteint depuis sa nomination par les Polonais. C’en est un (un Polonais, nous dit le Robert, est un "gâteau meringué dont l’intérieur fait de pâte briochée et imbibée de kirsch, contient des fruits confits") qui, enrichi de crème fouettée, a atteint spratcheusement le niveau de vie supérieur du primat du pays.


Russie

Pour filer une trempée aux nouveaux techno-bureaucrates d’ex-URSS rongés par "la gangrène autoritaire, religieuse et propriétaire" (le Père Peinard), les hooligans politisés (comme les situationnistes parlaient en 1965 des « blousons noirs politisés ») se servent d’un type de pulvérisateur inusité : la tarte à la mayonnaise. Un député spéculateur de la Douma et Alexander Veshnyakov, le gobartchevisant Président de la Commission Centrale des élections en "Russie Unie" incluant toutes les tendances politiques entubeuses, ont été tous deux gloupinisés à la sauce mayo, le premier dans son fief de Sverdlovsk (23/02/2004), le second à Moscou (26/08/2003).


Suisse

Depuis fin 1999 FARCE (soit la "Force Armée Révolutionnaire Clandestine Etc.") attaque en Suisse avec fracas.
Au moyen d’un fusil à eau, le 27 septembre 1999, à l’hôtel Lausanne-Palace, elle a enyaourthé chiquement, "avec 2% de matières grasses et avec délice", le milliardaire zurichois ultra-chauvin et ultra-libéral Christoph Blocher, conseiller national du parti populiste "UDC", le premier du pays depuis 2003.
"Essentiel à la préparation du "birchermüesli", commente FARCE, le yoghourt n’en est pas moins d’origine balkanique : il remplace donc avantageusement la tarte à la crème contre les xénophobes helvétiques".
Deux mois plus tard, histoire de filer une chicousta à "la presse purée des conglomérats Ringler et Edipresse", FARCE a détourné situationnistement les manchettes des hebdos dominicaux Dimanche, Ch et le Matin dimanche.
Le Nestléworld, par ailleurs, c'est net comme raclette, est une des plaques tournantes du gloupinisme international. On n'est pas prêt d'oublier là-bas, dans le landernau pacifiant, les tartes aérolithiques qui ont terminé leur carrière

* sur le quart de brie de la Conseillère d'Etat Martine Brunschwig Graf, cheffe du Département de l'Instruction publique, dans l'Aula d'Uni-Mail de l'université de Genève, le 20 novembre 1994 ;

* sur le pied de marmite de Claude Torracinta, le Jean-Pierre Pernault helvète, pendant l'émission en direct Zig Zag Café de la télévision suisse romande (RTSR), le 3 décembre 1998. (Torracinta était aussi visé en tant que président de l’Hospice général gérant l’aide sociale dans le canton de Genève en ne faisant pas grand compte du principe du revenu minimum pour tous) ;

* sur le fer à souder du député socialiste Alberto Velasco, qualifié de "ripoux parlementaire" par son embabateur – l’arme du meurtre étant un baba au rhum crémeux - , dans une boulangerie de Plainpalais, le 17 janvier 2000 ;

* sur l’aubergine nasale du conseiller d’Etat "communiste" Josef Zisyadis en direct télévisé, dans la salle des pas perdus du Grand Conseil vaudois, le 15 mars 1998 ;

* et là nous touchons les cimes, sur le piton alpestre de cinq ministres à la même seconde, en pleine séance de législature du parlement jurassien de Delémont, le 21 décembre 1994.


Conception gloupinesque du site : Sylvain Savouret • Mise en pages et en dessins : Sylvie Van Hiel